Skip to main content

Journée au camp préhistorique de bruniquel

Aujourd'hui j'ai accompagné la classe de mon fils au camp préhistorique près de Bruniquel dans le Tarn & Garonne. Donc, Il y a deux animateurs et ils se repartissent les groupes, lors de notre passage trois classes étaient accueillies en parallèle. Il y a trois zones d'activités : l'ART, la chasse et "la classe". Seules deux sont donc opérationnelles en même temps.

L'art

Un petit cours de dessins et hop de la pratique sur de l'argile. La pratique se fait en deux fois, sur une patate d'argile, qu'on peut ramener. Et une deuxième d'art a plusieurs sur une grande surface d'argile.

J'ai trouvé l'activité manuelle très sympathique. J'ai moins aimé le cours : trop de choses vendues comme étant, sans conditionnel. Et pas de sourire de l'animatrice, bref assez froid.

La chasse

Une activité divisée en quatre ateliers, javelot, propulseur, bolas et bâton. Des cibles correspondantes aux armes utilisées sont disposées à une dizaine de mettre des stands de tir. L'animateur gère le stand propulseur qui est sans doute le stand ou les armes sont les plus dangereuses.

J'ai adoré le propulseur, mais regretté de n'avoir fait qu'un tir, alors qu'il était complétement possible d'en effectuer plusieurs sur les autres ateliers, mais voila j'ai tiré au propulseur, je suis assez content de la chose.

La classe

On a eu droit au taillage de pierre, au feu, et à la musique.

Trop d'enfants pour l'activité. Ceux de derrières ne voyaient rien et devaient se lever pour en profiter. Des activités assez rapides, pas d'écoute de la part de l'animateur qui répondait de manière fort peu gentille de temps en temps. Le feu a été exécuté de façon magistrale avec des deux techniques : pierre et bois, j'ai été fortement impressionné. La taille de pierre l'a été sans but et donc a été assoupissante. Enfin la musique a été fort entraînante avec participation du public, bref très cool.

 

En guise de conclusion, je suis content que mon fils y ait été dans le cadre de son école, mais je ne l'y emmènerai pas de mon propre chef et son frère n'ira pas non plus.

Comments

Popular posts from this blog

En colère contre les services de l'état

 Ma femme n'est pas française, mais elle souhaite le devenir. Elle a lu ce que demande l'administration demande. Elle a après 2 mois tous les papiers de son pays natal. Ils ont été traduits par une personne reconnue des services de l'État et les apostilles ont été posées. Il ne reste donc que deux choses à faire : Demander les papiers français (certificat de mariage, preuve du niveau de langue, actes de naissances des enfants) . Prendre rendez-vous en préfecture pour déposer son dossier. Les papiers français manquants ne poseront pas de problème ça prendra entre trois semaines et un mois pour les recevoir. Nous habitons le Tarn & Garonne, pour les dossiers de demande de naturalisation les demandes de tous les départements de midi-Pyrénées, sont centralisées à la préfecture de la Haute-Garonne, et ce, depuis un certain temps déjà (depuis le 29 avril 2015 très exactement) . Ma femme m'indique donc que les prises de rendez-vous s'effectuent uniquement

Un an chez 3liz

Cela fait plus d'un an que j'ai retrouvé du travail après avoir passé environ dix ans chez Mozilla. Je m'amuse comme un petit fou. Mon titre de boulot officiel est donc sysadmin. Je bosse dans une équipe de trois, l'entente est très bonne.   3liz est un éditeur de logiciel libre pour de la cartographie. L'offre principale est le logiciel lizmap, qui permet de publier et d'éditer sur le web en se basant sur qgis (la solution libre bureautique pour faire de la cartographie). Autour de cette offre principale, il existe des greffons à la fois pour qgis et lizmap . Dans le cadre de cette activité, il y a une offre SAAS de lizmap . C'est là que je travaille en majorité. La gestion des incidents, le maintien en conditions opérationnelles de notre offre. En plus de cela j'installe chez les clients qui le désirent. Je touche aux processus de qualités et à "l'informatique" interne. Bref je suis occupé, je fais plein de truc et je m'éclate.

De la prise de main à distance

 Une partie de mon travail consiste à installer, migrer, maintenir en condition opérationnelle notre solution lizmap, chez les clients qui ne peuvent ou ne veulent pas profiter de notre offre SAAS. Notre solution tourne sous nunux, on a plus d'expérience avec Debian et c'est donc ce que l'on préconise lorsque nous pratiquons ces opérations. Il faut être root sur la machine bien évidement. Il faut donc que je me connecte d'une manière ou d'une autre sur l'infrastructure cible, que je ne gère pas, n'administre pas et sur laquelle je n'ai généralement aucun droit ni aucune connaissance. Voici les diffèrent scénarios que j'ai rencontrés cette dernière année avec leur point fort et leur point faible. IPDIva Une solution de sécurité qui demande l'installation d'un soft sur la machine qui prend la main - ne fonctionne que sur MacOS, Windows. Le soft vérifie que l'anti-virus et la machine sont à jour et que les services idoines focntionne. Cette